Mes looks

Papa, I’m a millionaire

Il parait que notre génération connait le prix de tout, mais la valeur de peu de choses, pas même la nôtre. La faute surement à une société qui nous a conditionnés dès le berceau à être esclaves de nos désirs de belles choses et de technologies toujours plus avancées.

Souvent, ces pulsions de surconsommation et de sur-possession nous empêchent d’apprécier pleinement ce que l’on a déjà et la personne que l’on est devenue au cours de ce chemin qu’est la vie. Aussi, on se sent vite frustrée de toutes ces choses qu’on ne peut acheter, faute de moyens financiers suffisants.
Mais dans le fond, si on faisait régulièrement un petit travail d’introspection, on se rendrait compte pour beaucoup, moi la première, qu’on est des graines de milliardaires. Si on n’en a pas pleinement conscience, c’est parce que souvent, on a tendance à voir le verre à moitié vide, plutôt qu’à moitié plein.
Et c’est comme ça qu’on en arrive facilement à se focaliser sur ce qui ne va pas, sur ce qu’on n’a pas. Comme ces vies de rêve que je scroll mais que mes finances ne me permettent pas de vivre. Comme cette veste peau lainée Acne, au tarif plus qu’élevé, sur laquelle je fais une fixette tous les hivers tant j’aimerais la posséder. Ou comme le fait que je ne me considère pas assez bien pour ci, un peu trop comme ça et pas assez comme ces filles-là.

Le mauvais point, c’est que du coup j’oublie. Oui, j’oublie.
J’oublie qu’à côté de ça, j’ai l’aubaine d’avoir un travail et de m’épanouir dans une économie difficile; que j’ai le luxe de pouvoir manger à ma faim dès que j’en ai envie; que j’ai une famille unie et présente pour moi; que le soir au moment d’aller dormir ma préoccupation majeure est de ne pas faire de cauchemars; que j’ai des proches vers lesquels je peux me confier sans filtre, être épaulée, écoutée et conseillée, sans intérêt derrière; que je peux régulièrement partir en vacances, qui plus est dans des lieux dits confidentiels; que cette veste Acne je ne la possède pas mais que dans le fond avec tous les manteaux que j’ai, je m’en porte tout aussi bien; que devoir faire le ménage, chose que je déteste tant, signifie mine de rien que j’ai un toit au-dessus de ma tête; que « ne pas avoir la paix » comme je le regrette des fois, signifie qu’il y a de la vie autour de moi, que des gens pensent à moi et me sollicitent; que j’ai l’opportunité de pouvoir choisir la provenance des vêtements que je porte et ainsi nourrir mon faible pour ceux made in Australia, Sweden et South Korea.
Et un tas d’autres choses qui dans le fond ne sont pas toutes vitales, mais plus de l’ordre du plaisir extravagant. C’est ce qu’on peut se permettre quand on est milliardaire. Je l’oublie souvent, mais avoir tout ça, c’est déjà être riche.

Je ne m’en sens pas gênée ou supérieure pour autant, c’est un fait dont je tente de plus en plus d’être reconnaissante. Alors non, tout n’est pas la résultante d’un claquement de doigts ; derrière, il y a eu du travail, des sacrifices, mais aussi, de la «chance»: ma «chance».
Ma «chance», ce n’est pas un hasard. Ma «chance», c’est ma détermination, c’est ma capacité à pouvoir tourner mes projets en réalité, quand je le veux vraiment.
Cette richesse de croire en moi, d’imaginer, de rêver et de concrétiser tout un tas de choses, dans un élan de positivité maximal. Ma «chance» me permet d’arrêter de toujours vouloir ce que je n’ai pas et de commencer à pleinement apprécier ce que j’ai et qui je suis. Et je me rends compte que la richesse qui m’apparaissait inexistante dans ma vie est bien réelle.
Parce que je suis capable de parler 4 langues, je suis riche. Quand j’aide ou que je rencontre des personnes aux histoires et aux horizons différents, je deviens encore plus riche ; comme avec ces filles de l’association Too Young To Wed, qui m’inspirent et m’enrichissent par lingots. Grâce aux préceptes et aux valeurs qui m’animent, je suis blindée.
Et puis parce que j’ai appris à enfin (!) m’aimer dans une société où on se sent très souvent complexée, appelez-moi Crésus.
On a tous la possibilité de créer sa chance.
Pour ma part, j’ai commencé à faire partie de ce clan des nouveaux riches quand j’ai compris pleinement ce motto de Bouddha:

«Nous sommes ce que nous pensons. Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées. Avec nos pensées, nous bâtissons notre monde. »

Ça a l’air simpliste dit comme ça, mais combien ont « tout pour eux » et peuvent ressentir un vide, un manque ? Ce n’est pas lié qu’au matériel.
Oui je suis riche, parce que quand j’y pense, je suis heureuse avec ce que j’ai déjà, et que je sais agir sur ma vie, en la rêvant et en la créant de manière positive.

Yes, Papa I’m a millionaire. Et pas que moi, vous aussi.
Aaaaah les jupes dorées ont toujours eu le mérite de beaucoup m’inspirer ^^

Des bisous

 

Le look:
Bomber: Vintage (similaire ici)
Pull: Uniqlo
Jupe: Zara (old – 2014)
Bottines: Ted Baker (similaires ici)

Photos: Mariposa Photographe

You Might Also Like

9 Comments

  • Reply
    Jeanne
    15 mars 2016 at 00:38

    Coucou 🙂
    J’adore ton llok 🙂 Ce bomber est juste waaaow et ta jupe aussi 🙂 trop stylée 🙂
    Bisous
    http://jeannefashnbeauty.blogspot.com

    • Reply
      Les Carnets d'Aurélia
      15 mars 2016 at 01:36

      Hello Jeanne! Merci pour ton commentaire 🙂 ça me fait bien plaisir!
      Bisous

  • Reply
    Danyéla
    16 mars 2016 at 02:58

    Je me reconnais dans tout ce que tu dis toujours à me plaindre alors que j’ai beaucoup. Il est vrai que seul un travail d’introspection permet de voir la chance que l’on a. Bises

    • Reply
      Les Carnets d'Aurélia
      16 mars 2016 at 17:05

      Coucou, ton message me fait bien plaisir :-).
      Oui il faut parfois savoir se remettre un peu en question.
      Bises

  • Reply
    Emi
    17 mars 2016 at 15:37

    Très belle leçon de vie Aurélia!
    Tu m’a fait changer d’avis sur les jupes métallisées et surtout doré, ça te vas très bien !

    xoxo Emi

    • Reply
      Les Carnets d'Aurélia
      17 mars 2016 at 15:44

      Coucou Emi!
      Oui des fois ça fait du bien de prendre un peu de recul 🙂
      Ah top ça alors pour les jupes!
      à bientôt muaaaak!

  • Reply
    Margaux
    18 mars 2016 at 19:29

    J’ai énormément aimé ton texte, je me suis beaucoup retrouvé.
    Alors merci pour cette article, et ton look et très joli.
    Bisous 🙂
    Margaux
    http://www.leblogpoidsplume.blogspot.fr

    • Reply
      Les Carnets d'Aurélia
      30 mars 2016 at 15:24

      Merci pour ton commentaire Margaux 😀
      Ravi que le post t’aie plu!
      Bisous

  • Leave a Reply