Carnet de voyages Martinique

12 bonnes raisons de choisir la Martinique pour ses prochaines vacances

Les îles de l’arc antillais se suivent et ne se ressemblent pas.
Si parfois elles peuvent avoir de légers points communs, chacune d’entre elles possède au final sa propre singularité. Qu’elle soit francophone, anglophone ou encore hispanophone, chaque île jouit de richesses et d’un patrimoine bien personnels.

Et dans ce bassin caribéen, certaines sont plus remarquables que d’autres.
La Martinique, aussi connue sous le nom de «l’ile aux fleurs», ou bien de Madinina, et parfois même de Matinino (l’ile aux femmes), fait indéniablement partie de celles entrant dans cette catégorie-là.
Ce département français long de 75 kilomètres est une perle. Une véritable perle baignée par les océans et balayée par les alizées.
C’est une ile envoûtante qui vous subjugue dès les premiers instants.

Certains diront que c’est en raison de la diversité exceptionnelle des paysages (des étendues quasi désertiques au sud, la forêt tropicale au nord); d’autres diront que c’est en raison de sa gastronomie; quand les suivants mettront en exergue son exceptionnelle richesse culturelle, fruit de longues années de métissage. Des caractéristiques que beaucoup d’autres iles et pays à travers le monde possèdent, oui, mais que la Martinique semble posséder de manière fine et immodérée.

Alors des raisons de visiter Madinina, le voyageur à la recherche d’authenticité et de tradition, comprendra qu’il en existe à foison. Mais aujourd’hui j’ai choisi de vous en exposer douze. Les douze meilleures. Celles qui, selon moi, vous feront tomber à coup sûr sous le charme de la Martinique, avant même d’avoir pris vos billets.
Le voyage commence maintenant…

1. Pour nager avec des tortues de mer à Anse Dufour

Cette petite crique de sable blanc bordée de cocotiers est située dans la commune des Anses-d’Arlet. C’est l’un des meilleurs spots pour voir des tortues de mer, enfin surtout une qui semble avoir élu domicile ici, et qui peu farouche rôde très souvent près du bord de mer.

2. Pour la mangrove et les fonds blancs du François

Au large de la commune du François, il est possible de se baigner en pleine mer et d’avoir pied. Pas de miracle divin, juste la présence d’importantes zones sablonneuses de faible profondeur, créées par l’action de la barrière de corail. Ce sont les fameux fonds blancs, où le dégradé de bleus y est particulièrement envoûtant.
Ils ont beaux être des sites ultra touristiques, ils méritent quand même le coup d’œil et le coup de palme, surtout qu’il y a la possibilité de visiter les nombreux ilets environnants, dont le fameux ilet Chancel avec ses iguanes; ou encore la mangrove, qui est de toute beauté. De nombreux prestataires existent et proposent différentes formules, mais je ne saurais que trop vous conseiller d’opter pour des sorties à la demi-journée, auprès de petites structures ou de pêcheurs.

3. Pour visiter Saint-Pierre et escalader la Montagne Pelée

Ancienne «capitale» de l’île, Saint-Pierre, située au nord de la Martinique, a connu un destin tragique le 8 mai 1902, lors de l’éruption de la Montagne Pelée. En l’espace de quelques instants, ce volcan toujours en activité, et point culminant de l’ile, a laissé la ville à l’état de postérité. De ce tragique événement, on ne dénombre que trois survivants; le plus connu étant Cyparis qui était emprisonné à ce moment.
Aujourd’hui les stigmates de ce passé sont encore très clairement visibles sur terre et sous mer.
Dans les rues de Saint-Pierre, les bâtiments en ruine côtoient les habitations créoles plus récentes. Profitez de l’occasion pour visiter justement la geôle de Cyparis et déambuler dans les vestiges de l’ancien théâtre situé non loin.
Les amateurs de plongée pourront quant à eux se régaler en explorant les épaves des navires marchands qui gisent à environ 30m sous le niveau de la mer.
Un musée retrace l’histoire de la ville et permet de mieux comprendre les différentes éruptions de la Montagne Pelée.
Les plus courageux quant à eux, se lanceront, si le temps le permet, dans l’ascension du volcan! Paysages variés et panorama à couper le souffle à la clef!

4. Pour admirer les sublimes fonds marins de la pointe de la lézarde

En Martinique, la beauté des fonds marins n’a rien à envier aux paysages terrestres. L’ile possède de nombreux sites accessibles aux débutants, car il est rarement nécessaire de descendre en dessous de 20m. Mon spot préféré est sans conteste la pointe de la lézarde près des Anses d’Arlet, avec son éboulis rocheux. Une faune et une flore riches se donnent en spectacle: gorgones, éponges multiformes, demoiselles, langoustes, poisson pierre et chevaliers, entre autres. On découvre un autre monde et on en prend plein les yeux.

5. Pour marcher sur la mer au tombolo de Sainte-Marie

Situé dans le nord-est de l’ile, le tombolo est un phénomène naturel observable pendant la période dite de carême. Cette période caractérisée par un climat très chaud et très sec s’étend de décembre à avril. À ce moment-là, la mer est plus basse, même pendant les hautes marées. Elle reste comme ouverte à un certain endroit, et une large bande de sable apparente, permet d’accéder à pieds à l’ilet de Sainte-Marie situé un peu plus loin en pleine mer.
Sur l’ilet, il est possible d’emprunter des sentiers, et d’y découvrir entre autres des vestiges de chemins de fer.
Si vers fin avril, l’ilet devient le repère des sternes qui viennent y pondre leurs œufs, la plage de Sainte-Marie quant à elle est celui des énormes tortues Luth. On les observe la nuit, avec des lampes infrarouges uniquement, la lumière traditionnelle pouvant les désorienter, les stresser et/ou les faire fuir.

6. Pour visiter la Savane des Esclaves

Imaginée et créée par Gilbert Larose, la Savane des Esclaves est une reconstitution parfaite d’un village d’Antan Lontan, avec ses cases traditionnelles et sa fameuse rue Cases-Nègres. Fruit d’un véritable travail de conservation, le but est de montrer les conditions dans lesquelles vivaient les esclaves autrefois. Sur place, l’histoire de la Martinique y est également retracée, de l’époque des Indiens Arawaks (premiers habitants de l’île), jusqu’à l’abolition de l’esclavage.
Il y a également une volonté de mettre en avant les richesses du patrimoine martiniquais et ses traditions.
On y apprend par exemple comment les cases étaient construites, comment la graine de cacao est pilée afin de fabriquer du chocolat, ou encore, comment utiliser des plantes telles que l’aloès Vera ou le paracétamol pour soigner les maux du quotidien, comme le faisaient les anciens, grâce à l’existence d’un jardin médicinal.

Un lieu chargé d’histoire très intéressant.

7. Pour le tour des yoles rondes

crédit photo: CMT MartiniqueC’est une compétition unique au monde qui a lieu tous les ans au mois d’août! L’ile s’arrête tout bonnement de vivre pendant cette semaine de sport et de fête, où lors d’étapes, les équipes de yolistes tentent de s’accaparer de la première place. Initialement, les yoles sont des embarcations traditionnelles à voile utilisées par les pêcheurs. Tout se fait à la force des bras! Sur place, il ne vous restera plus qu’à choisir votre yole préférée et à aller l’encourager sur terre ou sur mer, une Lorraine (bière locale) à la main.

8. Pour manger un sorbet coco sur la plage de la Grande Anse des Salines

Certainement la plage la plus paradisiaque de l’ile. Sable fin doré, eau cristalline, cocotiers et vue sur le rocher du diamant sont au programme. Le must, les marchandes de friandises qui passent par là avec notamment leur sorbet coco fait maison. Un délice! Un décor de carte postale dont on ne peut se lasser.

9. Pour tenter de retenir le nom des rhums et les associer à la commune où se trouve leur distillerie

crédit photo: rhumaocmartinique.p8.siteinternet.com

23 communes, 17 rhums.
Les rhums sont produits dans des distilleries qu’il est possible de visiter.
Les plus connues sont l’Habitation Clément au François qui produit le rhum Clément; la distillerie Trois-Rivières à Sainte-Luce, qui produit le rhum du même nom; ou encore l’Habitation Saint-Etienne, au Gros-Morne, qui produit du rhum agricole blanc à 50° et 55°, du rhum élevé sous-bois à 42° et des rhums vieux de 3 ans d’âge.
Les rhums blancs HSE (Habitation Saint-Etienne) bénéficient d’ailleurs d’une AOC, et sont considérés comme des rhums nobles et parmi les meilleurs au monde.
Alors pour les amateurs et ceux qui souhaitent s’initier à l’art du punch, la Martinique est sans conteste le terrain de jeu parfait. Avant, sa consommation était régie par des heures et des dénominations précises, qu’il est encore parfois possible d’entendre (décollage, ti lagoutte, l’heure du Christ, CRS, pétépied…)

À consommer bien évidemment avec modération!

10. Pour manger du poulet boucané

crédit photo: laoujetemmenerai.com

Bien moins connu par les non-initiés que les accras de morue, le féroce d’avocat ou encore le chatrou, le poulet boucané est pourtant une merveille gustative, au goût inimitable et incomparable. Pour le préparer, on laisse la viande mariner pendant de longues heures dans un mélange de piment, de jus de citron, d’herbes aromatiques et d’épices. Elle est ensuite fumée avec des morceaux de canne à sucre. Résultat, on obtient un poulet parfumé et plein de saveurs.
Difficile d’en trouver dans les restaurants, il faudra en acheter directement chez des particuliers ou dans les trucks au bord des routes.

11. Pour se balader dans des rues colorées au charme créole

Les communes de Grand-Rivière, des Trois-Ilets et du Diamant sont parmi les plus belles, et les plus instagrammables.

12. Pour les Martiniquais

Parce que ce sont véritablement les Martiniquais qui font de la Martinique la Martinique, cet endroit où il fait bon vivre. L’ile a beau s’enorgueillir de plages somptueuses, de paysages à couper le souffle et d’une cuisine qui compte parmi les meilleures, tout cela n’est rien en comparaison de la bonté de cœur et de la générosité de ses habitants.
Sourire, gentillesse, politesse, joie de vivre et simplicité sont autant de caractéristiques qui leur siéent à merveille. De nature désintéressée, les gens n’hésiteront pas à vous renseigner avec plaisir et à vous révéler certains des plus beaux secrets de Madinina.
D’inoubliables rencontres vous attendent là-bas, croyez-moi.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply