Carnet de voyages Pays-Bas

Un week-end à amsterdam: en mode ange ou bien démon

«Amsterdam».
Allez-y, essayez. Vous verrez.
En général, la simple évocation d’un week-end dans la capitale néerlandaise suffit à ce que beaucoup de personnes de votre entourage vous décochent sourires pincés et regards qui se veulent complices.

Aucune autre capitale ou grande ville d’Europe ne semble produire le même effet sur les gens.

Parce qu’à Amsterdam, beaucoup de ce qui est interdit, est permis.

Son côté démon.
La ville s’apparente à une cité du vice, où des femmes sont exposées en vitrine et où être complétement high est autorisé et règlementé. Entre autres. Sin city quoi; une sorte de Las Vegas à l’européenne.
Pourtant, il est bien dommage ne n’évoquer la ville que comme ça. Ceux qui y sont allés le savent.
Il est bien dommage de ne voir en tête que le côté déjanté de la ville, et de passer à côté de son délicieux art de vivre et de sa grande richesse culturelle. La Venise du nord, comme elle est surnommée parfois, est le berceau de nombreux peintres et artistes célèbres (parmi eux, Van Gogh et Rembrandt), ainsi que de figures historiques, certaines au destin tragique. C’est le cas d’Anne Frank et de sa famille qui vécurent cachés pendant deux ans dans une annexe, dans le but d’échapper aux rafles du régime nazi en place. Une annexe devenue musée qu’il est possible de visiter.

Et au-delà de tout ça, Amsterdam, c’est aussi une ville extrêmement tournée vers le green et le développement durable, l’architecture et la décoration, la mode et la musique.
Son côté ange.
Une ville mi-ange, mi-démon. Deux visages diamétralement opposés qui cohabitent de manière assez harmonieuse tout compte fait, pour un mélange, au final, des plus intéressants.


Une ville qui, peu importe le chemin que vous aurez décidé d’emprunter, appelle à la sérendipité et à la flânerie. Alors ange ou démon, laissez-vous aller; sauf peut-être en son centre, constamment bondé, et dénaturé par un tourisme de masse des enseignes de fast-food et des boutiques de vêtements que l’on retrouve aux quatre coins du globe. J’ai l’air dure comme ça, mais c’est parce que le quartier de «Dam» est vraiment, VRAIMENT étouffant.

Alors pour ce city guide autour de cette ville aux deux visages, pas vraiment de bonnes adresses mais plutôt des inspirations à la flânerie, et puis surtout, j’ai choisi de pouvoir donner satisfaction soit à l’ange, soit au démon qui sommeille en vous.

La légende dit que l’on est tous un peu des deux alors je vous laisse faire votre choix.
En ce qui me concerne, je n’ai emporté aucun guide et je me suis peu renseignée en amont sur les must-see et must-do d’Amsterdam. J’ai préféré laisser parler mon instinct, en photographiant principalement à l’argentique, et suivre ou non les recommandations des locaux avec qui il est facile et agréable d’interagir.
Parfois, faire les choses à l’arrache, sans rien planifier ça a du bon et puis surtout, c’est vraiment ça voyager et partir à l’aventure; même lorsque le terrain de jeu est une jungle urbaine.

Ah, et aussi, petite précision, je n’ai pas eu le temps/l’envie de faire TOUT ce qui est listé ci-dessous, mais quand même une bonne partie. Ce que j’ai fait? Ahhh ça! Difficile de le savoir, parce que je ne suis ni un ange, ni tout à fait un démon. Mais globalement j’ai réussi un exploit de 40 km, été témoin des heures sombres de l’humanité et fait deux trois trucs qui auraient rendus folle ma mère ^^.

What happens in Amsterdam, stays in Amsterdam!

XXX

Amsterdam, en mode ange

goûter à des poffertjes, des pancakes hollandais en forme de soucoupe volante, et préférablement chez De Vier Pilaren

– faire un tour en bateau, évidemment, mais avec Plastic Whale, une association écolo avec laquelle vous pourrez ramasser les bouteilles en plastique qui flottent sur les canaux (et il y en a beaucoup trop!)

– goûter la fameuse tarte aux pommes de chez Winkel 43

– trouver de l’inspiration déco chez Archive Store

– flâner dans le quartier de 9 straajes; aussi bien pour le déjeuner (Toos & Roos), que pour le goûter (Coffee Company), que pour le diner (Restaurant van Puffelen), que pour faire du shopping (petites boutiques vintage et de petits créateurs)

– faire du vélo, of course, et en profiter pourquoi pas, pour sortir de la ville et aller jusqu’à Haarlem (en plein Amsterdam, les Néerlandais roulent comme de vrais malades, dans la lignée de Parisiens sur le périph’)

– visiter le musée Van Gogh ou Rembrandt ou les deux

– visiter la Maison d’Anne Frank (jusqu’à 15h les visites se font sur réservation. J’ai eu beaucoup de chance, j’ai eu un créneau disponible pour le lendemain à un horaire correct, fait très très très rare!)

– se faire un brunch chez Greenhouse Munchies dans le quartier méga cool de Jordaan

– visiter le temple du patchwork, la boutique Birdlocks

– manger le meilleur houmous de toute une vie, chez Abinish

– ramener du fromage hollandais, pour ça, il faut aller chez Raypenaer



 

Amsterdam, en mode démon

– déambuler dans le fameux et controversé Red Light District

– visiter le musée de la prostitution

– s’instruire au musée de du hash, du cannabis et du chanvre

– attester (légalement) des effets du cannabis dans un coffeeshop (Green House)

– aller de nuit au Vondelpark

– découvrir les space cakes du coffeeshop Paradox

– faire un Red Light District Crime Scene tour

– ramener un souvenir du Amsterdam Duck Store

– visiter le musée de l’érotisme

– se faire une cure de thé « vert »

– flâner dans la boutique Condomerie

– se faire une farandole de bières locales au BrabantseAap (Heineken, Witte Antonia…)



You Might Also Like

4 Comments

  • Reply
    Sarah
    24 août 2017 at 16:06

    Coucou,

    De très jolies photos !

    Sarah, http://www.sarahmodeee.fr/

    • Reply
      Les Carnets d'Aurélia
      25 août 2017 at 21:42

      Merci beaucoup Sarah <3

  • Reply
    Marine
    24 août 2017 at 17:50

    J’ai adoré lire ton article et je compte bien me le garder sous le pouce pour quand j’y retournerai pour la 3ème fois ! 🙂
    Je suis on ne peut plus amoureuse de cette ville. Je trouve l’architecture incroyable avec un bon goût certain pour la décoration d’intérieur que l’on peut apercevoir à travers les fenêtres sans rideaux. Et comme tu l’as dit, je suis conquise par l’aspect écolo-responsable de la ville, par le fait que l’on circule énormément à vélo (d’ailleurs Amsterdam ne se découvre jamais aussi bien qu’à vélo !).
    Et bien sûr j’aime énormément tes photos à l’argentique ! Ça donne une ambiance tellement particulière ! Ce qui est drôle ce que j’avais aussi fait un article « Amsterdam à l’argentique » qu’il te plairait peut être de découvrir sur mon blog !
    Bonne fin de journée ! 🙂

    • Reply
      Les Carnets d'Aurélia
      25 août 2017 at 21:49

      Coucou Marine!
      Ravie que l’article t’ait plu!
      J’ai adoré la déco d’intérieur une vraie mine à idée! Le côté vintage parfois, industriel d’autres, j’ai vraiment été bluffée. En parlant des fenêtres, tu as vu la taille?! c’est juste délirant. ça permet d’avoir une luminosité folle dans les apparts!
      Je suis dans ma phase argentique en ce moment! je pars de ce pas voir ton article!!!
      à bientôt!

    Leave a Reply