Cap-Vert Carnet de voyages

Santo Antão (Cap-Vert)

LCDA

Ahhhh, l’ile de Santo Antão.

Oui, oui, ça fait bien 3 semaines que je suis rentrée, que j’ai eu le temps de peler et que je suis déjà en train de penser aux prochaines vacances mais que je vous parle encore et toujours du Cap-vert !
Mais c’est mon blog gniak gniak, je fais un peu comme ça me plait ^^.

Bon plus sérieusement, c’est surtout parce que ce pays est encore trop largement méconnu et qu’il mérite qu’on en parle plus, en particulier cette ile, que je m’étale un peu beaucoup (mais plus pour très longtemps).
Coup de cœur absolu pour Santo Antão donc. Et tant mieux car c’est là que j’ai passé le plus gros de mon séjour. Y règne un sentiment de sécurité, d’authenticité, de tradition et de dolce vita à la sauce capverdienne.
Un petit morceau de paradis.

Les gens profitent des choses simples de la vie : des plats gustatifs, le soleil, la mer généreuse, la convivialité. Ils profitent de l’instant présent. Cette expérience m’a beaucoup enrichie.
Une expression anglaise dit que « getting lost will help you find yourself ». Et c’est exactement ce que nous avons fait lors de balades de rêve.
L’un des moments les plus incroyables et que je vous conseille vivement a été le trek depuis le cratère de Cova, jusqu’au village de Paul. Une marche de 5 heures, où je me suis foulée la cheville (évidemment), mais où l’on se perd dans de nombreux petits villages colorés.

Alors on a la chance d’y croiser des enfants en uniforme rentrant de l’école, des ânes qui courent (j’adore les ânes), des locaux postés sur le pas de leur maison, écoutant de la musique et qui vous dévisagent avec curiosité, interloqués, avant de vous saluer avec un Boa Tarde ou Tudo Cool. On a le temps d’apprécier les détails de vie, on se sent privilégiée de pouvoir s’imprégner de ce mode de vie tranquille.
Et à la fin de cette marche, la récompense, la plus belle des victoires (surtout avec une cheville en vrac): la ville de Paul, à flanc de montagne, face à l’océan.

Je vous conseille de pousser la visite de la baie vers Sinagoga, ses piscines naturelles et son ambiance incroyable, mais aussi vers Bahia de Gi et sa plage de sable noir.

Globalement, je garde un souvenir impérissable de ces modestes demeures colorées, posées à perte de vue à flanc de montagne et de ces pentes escarpées. Un panorama au charme infini.

Alors comme pour montrer que la leçon a bien été retenue, on profite des plaisirs qui nous sont offerts, en refaisant le monde au bar-restaurant Atelier Club.

Outfits
Combinaison blanche : Asos (similaire ici)
Maillot de bain: Asos

Marche de Cova

LCDA

LCDA

LCDA

LCDA

Paul & Sinagoga

LCDA

LCDA

LCDA

LCDA

LCDA

LCDA

LCDA

LCDA

LCDA

LCDA

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply