Mes looks

Protect ya neck

_MG_9683

En ce lundi 28 septembre, la logique aurait sûrement voulu que je vous propose un look un peu plus automnal.
Cette même logique aurait sans doute aimé que j’intitule ce post « Wild Wild West » ou tout ce qu’il y a de plus évident pour évoquer le Far West américain ; normalus, avec un bandana noué autour du cou. Ou encore, « Fall in love ». Oui, Mme la logique semble aimer ce genre de petits détails ^^.

Oui mais voilà, aujourd’hui, pas envie.
Donc bim je vous sors une tenue qui donnera froid à la plupart d’entre vous, et coulis sur le cheesecake, un titre d’article qui semble ne vouloir rien dire.
Quitte à ne rien faire de manière logique autant y aller à fond.

En vrai, si j’ai choisi ce titre c’est en référence à la chanson du groupe Wu-Tang Clan. A coup de lyrics tranchantes, les membres du groupe assènent un protect ya neck (protège ton cou, fais gaffe à toi) à leurs détracteurs de toujours. Pour ma part, l’objet de mon clin d’œil est venu du fait que, sur les réseaux sociaux c’est l’inverse. Beaucoup d’internautes, sportifs, blogueurs, doivent apprendre à se protéger le cou des remarques acérées de haters, bien souvent sortis de nulle part.

Il y a une époque où on avait la sensation que les commentaires étaient pestouilles, un peu méchants oui, mais relativement rares.
Dernièrement l’impression est toute autre. Au quotidien, beaucoup se montrent de plus en plus haineux, vindicatifs et malveillants, le tout sans éprouver le moindre remords.
Parce que «quand on s’expose sur le Net, il faut s’attendre à ce genre de remarque» et que «c’est la liberté d’expression». Pas sûre qu’ils osent le quart de ce qu’ils font sur le net dans la vraie vie, mais bon.
Au menu des réjouissances quotidiennes sur les comptes de certaines blogueuses, des critiques véhémentes sur les goûts d’unetelle, un avis puant émis sur la relation de couple d’une autre, une remarque désobligeante sur l’apparence physique. «ah mais t’es noire» (sens de l’observation à son max là), «mais t’es trop blanche», «trop maigre», «pourquoi t’as rien posté sur ça», «t’as l’air déprimée», «tu fumes, tu me déçois, je me désabonne»

Heuuuu, ouais! Faudrait quand même penser à redescendre du 15ème étage les gens.
Le plus triste en fait, c’est que ces personnes qui prônent la liberté, ici celle de l’expression, consacrent leur temps, l’une des choses les plus précieuses et les plus périssables qui soit, à être esclaves du blog de personnes qu’elles méprisent. Et pourquoi ? Dans le seul but de critiquer et espérer se sentir mieux. Honnêtement, cherchez l’erreur.
Alors que ce temps pourrait être investi dans leur propre personne (apprendre à tricoter, faire les grilles Sudoku du 20 Minutes, apprendre les bases de l’argumentation…), elles préfèrent rester en standby et assassiner tout ce qui croisera leur route.

Oui on a le droit de s’exprimer, car étant donné que la perfection n’existe pas, il y aura toujours à redire sur tout ; mais on a aussi le droit de se taire. Surtout quand c’est méchant, quand on fait cinq fautes d’orthographes en moyenne par mot, qu’on ne sait s’exprimer qu’à travers des commentaires plats, bref quand on ne sait ni élever le débat, ni apporter des conseils et suggestions, même sur un ton pas forcément bon. Parfois il ne sert à rien de tirer la couverture à soi. Il faut aussi laisser aux autres leur moment de « gloire ». Cela peut passer par une photo prise dans une salle-de-bain suite à un délire entre potes ou bien par la photo de ses dernières boots roses pailletées, dont on a tant rêvé.

Cela ne veut pas dire qu’on a plus le droit de mal penser ou de critiquer. Non. Il y a quantité de choses et de gens qui m’horripilent et qui atterrissent par effet boule de neige dans ma timeline. Mais j’ai appris à ne plus dégainer ma machette ; je pense ce que j’ai à penser, mais pas question de casser les gens dans LEUR délire. Surtout par écrit gniak gniak.
La liberté d’expression ce n’est pas dire tout ce qui nous passe par la tête dans le but intentionnel ou non de nuire et de ridiculiser les gens. La diffamation, l’injure, la calomnie ne sont pas filles de cette liberté. L’humour, à la rigueur.

Pfiouu, pas si anodin donc le protect ya neck et surtout j’en avais de l’inspi ahahah! En fait, j’avais vraiment envie de m’exprimer sur ce sujet, car me gavant d’Instagram au quotidien, lire autant de commentaires négatifs sur autant de comptes, à la longue c’est gonflant.

Alors, oui j’aurais pu faire plus court et vous éviter ce pavé en vous disant que si je vous montre des photos d’un look estival en ce début d’automne c’est parce que je les aime d’amour. Quelles ont été photographiées cet été avec Yasmine. Que ce look réunit quelques-unes des matières et des imprimés que je préfère le plus au monde : le cuir et l’imprimé bandana. Que je me rends compte avec ces photos que je ne savais pas trop quoi faire de mes cheveux il y a plusieurs semaines de ça et que je n’en sais pas plus maintenant. Que j’ai pleins d’idées de coupes, mais que je n’ose pas.

Dans le fond, pas sûre que ça aurait été moins long.

Des bisous ❤❤❤

Photos: Yasmine Bennis

Le look:

T-Shirt: H&M (similaire ici)
Jupe: H&M (similaire ici)
Sandales H&M
Bandana: Vintage (similaire ici)
Bagues: Asos (similaires ici)

_MG_9604
_MG_9640
_MG_9567
_MG_9719
_MG_9704
_MG_9598
_MG_9631

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    Missmanuella
    12 mai 2016 at 14:15

    J’adore ton article!! Super tes photos 😉 .
    http://www.silencebrise.com

    • Reply
      Les Carnets d'Aurélia
      14 mai 2016 at 23:14

      Merci à toi!!

    Leave a Reply