Carnet de voyages France

Marseille, entre terre et mer

EDIT du 01/10/2017: à la suite du tragique événement de ce dimanche 01.10.2017, toutes mes pensées sont évidemment tournées vers Marseille. Beaucoup de courage à tous en ces moments difficiles.

Pour vous dire la vérité, je n’aurais jamais pensé un jour faire un carnet de voyage sur Marseille. J’y suis allée une fois, il y a près de 6 ans. Certes, j’avais passé de bons moments, mais ça s’arrêtait là. Zéro coup de cœur pour la ville, le mode de vie ou quoi que ce soit. Nada.
Et puis cet été, j’y suis retournée. Pour la deuxième fois.
Depuis, je peux dire que j’ai découvert Marseille. Sa personnalité et quelques-uns de ses traits.
Et elle a été tout simplement surprenante. La cité phocéenne est surprenante, à bien des égards.

À l’instar de Naples, c’est le genre de ville pour lesquelles, avant même d’avoir pensé à y mettre les pieds, on s’est vu compter quantités d’histoires et de légendes. Pas toujours très bonnes. Très souvent mauvaises. Parce que pour le non initié, c’est le genre de ville qui a juste «la réputation d’être».
Marseille a la réputation d’être sale.
Marseille a la réputation d’être violente.
Marseille a la réputation d’être culturellement pauvre et sans grand intérêt, en dehors du Vieux-Port.
Peuchère!

Cette réalité qui devrait soit-disant courir les rues, à en entendre les gens, ce n’est pas celle que j’ai vu. Ce n’est pas celle que je retiendrais pour définir Marseille. Trop facile et trop cliché. La cité phocéenne a beau ne pas faire l’unanimité, elle a le mérite de proposer un tourisme et une approche plus fraiche et moins évidente que certaines villes carton-pâte. Marseille se vit.

Et c’est ce que j’ai découvert lors de ce second séjour. D’ailleurs, c’est ce que j’aime dans le fait de voyager, sortir petit à petit de mes idées préconçues et trouver une mélodie à un lieu. Quelle soit triste ou joyeuse; monotone ou enjouée.
Marseille quant à elle joue la mélodie de la surprise.
Parce quand on entend toutes ces légendes urbaines à son propos, on ne s’attend pas à trouver une ville en pleine ébullition et mutation; une ville avec une offre culturelle riche et étoffée. Une ville avec des restaurants de haut vol le tout dans une ambiance décontractée, et des gens au caractère certes bien trempé, mais terriblement attachants.
En fait, il n’y a que pour son équipe de foot que la médiocrité de la cité phocéenne se trouve avérée (désolée mais en tant que PSG girl, celle-là j’étais obligée de la placer).

En fait, sur terre comme sous mer Marseille sait surprendre.


Marseille, version terre

Depuis 2013, année où la ville a été capitale de la culture européenne, Marseille a opéré un véritable lifting avec le réaménagement du fort Saint-Jean, la création de nouveaux musées, la réhabilitation des docks ou encore la montée en gamme de son offre hôtelière.

Voici ce que j’y ai particulièrement apprécié:

– le Vieux-Port, évidemment, mais surtout de nuit
– le Mucem; pour son architecture graphique, son point de vue spectaculaire et ses expositions
– le restaurant La boite à Sardines, pour son cadre unique et sa cuisine à tomber par terre
– Rayonner jusqu’à Cassis, Aix-en-Provence ou encore Gardanne pour profiter de la richesse de la région
– manger des calissons
– le point de vue majestueux offert par Notre-Dame-de-la-Garde
– goûter à l’atmosphère bouillonnante du quartier du Panier
– faire une randonnée dans les Calanques et se baigner dans les eaux fraiches et cristallines des criques
– visiter la Cité Radieuse
– diner à la pizzeria Chez Etienne, dans le Panier, une véritable institution.




Et parce que Marseille est telle un véritable balcon posé sur la mer, difficile de passer à côté des richesses qu’elle a à offrir à ce niveau.

Marseille, version mer

On a souvent tendance à l’oublier, mais Marseille est un véritable paradis pour la plongée.
Le parc national des Calanques protège non seulement un massif terrestre, mais également une importante réserve maritime s’étendant sur plusieurs hectares, des communes de Marseille à La Ciotat.
C’est un des berceaux de la plongée sous-marine, et un lieu empreint de l’héritage du commandant Cousteau. Dernier point et non des moindres, c’est sur le Vieux-Port qu’est établi le siège de la FFESSM, fédération française d’études et de sports sous-marins. Autant dire que ne pas mettre la tête sous l’eau quand on va à Marseille, c’est comme aller en Italie et ne manger ni pasta, ni pizza. On y survit, oui, mais on passe clairement à côté de quelque chose.

Pour ma part, j’ai plongé avec deux écoles différentes, à Cassis et à Marseille. Je ne saurais trop vous recommander Dune qui se trouve à Marseille. Pour leur gentillesse, leur simplicité, leur professionnalisme et leur patience à toute épreuve; et ce que vous soyez débutants ou confirmés, affiliés à la FFESSM ou plongeur PADI (certification US). Pas de chauvinisme, et c’est un fait assez rare, pour manquer d’être souligné. Leurs locaux sont impeccables et disposent de tout l’espace nécessaire pour se changer et essayer son équipement, sans être agglutiné.

En ce qui concerne ce qui se passe sous mer, Marseille se caractérise de manière globale, par de nombreuses épaves et des tombants plus ou moins doux sur plusieurs étages.

Parmi les sites dignes d’intérêt dans lesquels vous pourrez plonger ou réaliser un baptême, on aura:

– le site des Moyades au cœur des Calanques, où la faune y est particulièrement riche, accessible aux débutants et aux autres
– le site des Farillons près de l’île Maïre, tous niveaux
– le site de l’épave du Chaouen, destiné aux plongeurs confirmés
– le site de l’Impérial de Terre, qui offre une plongée relativement facile au milieu de failles.

Et parmi ce que vous pourrez y voir, suivant le lieu et la saison:

– des murènes
– de gros mérous
– des langoustes
– des poulpes
– des congres
– parfois des barracudas
– et une faune fixée: éponges et spirographes entre autres.


Alors pour tout ce qu’elle a à offrir, il serait temps, vraiment grand temps d’avoir d’autres a priori sur la deuxième ville de France. Apprendre à l’apprécier pour ce qu’elle est: éclectique, latine dans son âme et vibrante.
PS: la plupart des photos ont été shootées à l’argentique.

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    Caroline - Note Cuivrée
    2 octobre 2017 at 13:43

    Oh, j’ai découvert le restaurant La boite à sardine récemment aussi, super adresse !
    Sinon j’aime beaucoup l’atmosphère de tes photos !

    • Reply
      Les Carnets d'Aurélia
      2 octobre 2017 at 22:39

      J’ai adoré!
      Merci beaucoup!

    Leave a Reply