Mes looks

Like it’s 1995 again

_MG_5338

2015, les créateurs de mode remettent les années 70 à l’honneur.
Au programme donc, une profusion de pièces en daim et à franges, une déferlante de camaïeux de marrons et pléthore de pantalons à pattes d’éléphants.
Sans oublier les robes maxi aux imprimés psychédéliques et à fleurs, les combinaisons en lurex, les blouses à col lavallière, les chaussures à semelles compensées très hautes et très épaisses et les jupes en patchwork.
Bref, plus qu’il n’en faut pour reproduire le look de Farrah Fawcett version 2015.

Oui, mais non merci Monsieur. Ça sera sans moi.

Mon intérêt pour la mode des seventies se limitant à très peu de choses: les vestes en daim, les franges, les tops en crochets à col montant, et le denim. Merci Levi’s!
Le style masculin rendu séduisant par Yves Saint-Laurent à travers les tailleurs pour femmes, comme en témoignent les clichés d’Helmut Newton, est mon autre point de ralliement mode à cette période.
En vrai, c’est plus la démarche contestataire de l’époque qui me plait, et qui s’est notamment traduite par la généralisation du port du pantalon chez les femmes ou bien par la coupe afro au sein de la communauté Noire.

Sinon, j’ai beau me forcer, je n’adhère pas à la majorité des looks.
Parce que d’un côté, il y a ce style hippie, trop coloré, trop bariolé, trop crocheté pour moi ; et de l’autre ces silhouettes vieillottes, dignes d’une version remasterisée de Don Mitchell dans l’Homme de Fer. Dans mon imaginaire c’est le genre de look, même quand il est revisité par Chloé, qui semble tout droit sortie d’un appartement ambiance « papier peint orange criard et moquette beige ».
C’est une époque trop forte, trop marquée pour être ressuscitée sans faire cliché, dans un dressing contemporain.

A l’opposé, la mode des années 90 est de loin ma préférée. Pourtant, sur le papier, pas facile à appréhender, je le reconnais. Mais, je trouve que c’est l’une de celles qui arrive le mieux à se réinventer. Alors oui, je sais, cette décennie doit beaucoup aux années 70; la grande popularité du denim, la Superstar d’Adidas, pour ne citer que ça. Mais quand bien même, je préfère les nineties.
Rien ne peut surpasser cet esprit faussement négligé et cette irrévérence qui a accompagné la décennie de mon enfance.

La mode des années 90 c’est un mélange de tout un tas de choses. Un mélange de grunge, de coupes précises et minimalistes, de fripes, de piercings en tous genres, de fluo, de matières nobles : cuir, coton, laine, de tons neutres, de réinterprétation de tenues de sport, et d’influence hip-hop, via le rap, le gangsta rap et les B-Boys.
Bomber oversize, crop tops, créoles king-size, brogues (depuis revues par Prada), jeans délavés taille haute, Doc Martens associées à une jupe en tulle, bob et robes nuisettes sont autant de choses qui me parlent et dont je ne pourrais me lasser.

Hors de question de troquer du jean pour du velours, d’adopter des pantalons qui ne sont larges qu’à partir des genoux, de déambuler H24 en talons alors que c’est à plat que je me sens moi ou d’admettre que le noir, le blanc, le kaki et le jean ne sont pas des teintes joyeuses. WTF !
J’aime quand mes jeans ont des trous, quand mes sweats disent « Calvin Klein », quand mes pulls sont en grosse maille informe et quand mes chemises sont des chemises et non des blouses. J’aime cet esprit urbain décontracté un brin je-m’en-foutiste.

Et surtout parce que Jimi Hendrix, les Bee Gees ou même James Brown ne me feront JAMAIS autant vibrer qu’un Shook Ones de Mobb Deep, du Big L ou du Tupac, les années 90 restent clairement au-dessus.

You’re from the 70’s, but I’m a 90’s bitch!

Le look:
Veste: Levi’s (Vintage) (similaire ici)
Top: Asos (similaire ici)
Jean: H&M (similaire ici)
Chaussures: Texto (similaires ici)
Rouge à lèvres: Sephora (teinte 01)

Photos: Yasmine Bennis

_MG_5320
_MG_5373
_MG_5432
_MG_5478
_MG_5295
_MG_5325
_MG_5348
_MG_5359
_MG_5507

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply