Humeurs

#ImNoAngel

Victoria’s Secret.

Tout le monde (ou presque) connait la marque.
On a toutes en tête les visuels affriolants de leurs campagnes de pub; le défilé annuel sensationnel mettant en scène la crème de la crème en matière de top models et surtout leur lingerie. Quelle soit aguichante, casual ou bien sportive. 
Pourtant, et d’ailleurs très souvent, la marque s’attire les foudres du public.

Perfect body

Dernier fait en date, le slogan d’une de leur campagne publicitaire vantant les mérites de soutiens-gorge. On pouvait y lire en gros caractères: Perfect Body (corps parfait). En second plan des mannequins size 0.
Résultat, méga backlash.

Bon nombre de consommatrices ont accusé Victoria’s Secret de glorifier et de promouvoir des standards de beauté irréalistes et malsains.
D’engendrer à travers ce type de discours une faible estime de soi, chez les femmes qui n’entraient pas dans ce moule.
Une pétition a donc été logiquement lancée pour le retrait de la campagne.

Le message a été entendu et le discours remanié : « A body for Every body ».

Mais trop tard; la rupture était consommée. 

#IMNoAngel

Avril 2015, la marque Lane Bryant (spécialisée dans le plus size comme elle le dit elle-même) partait en croisade contre Victoria’s Secret. Code de ralliement, le hastag #IMNoAngel, et cette campagne de pub mettant en scène des filles « rondes », et entre autre la très médiatisée Ashley Graham (apparue notamment dans le magazine de Sports Illustrated).

Je découvrais Lane Bryant à ce même moment, et je dois dire que je les ai trouvé aussi caricaturaux et hypocrites que Victoria’s Secret. Je m’explique.

Alors oui, d’un côté je comprends parfaitement ce ras-le-bol et cette envie de la part de Lane Bryant de dire « non, toutes les femmes ne sont pas taillées comme vos Anges (surnom des tops models défilant pour Victoria’s Secret, ndlr). Nous, nous représentons les femmes plus-size, celles qui ont des formes, qui sont réelles et qu’on croise tous les jours dans la rue. » C’est son leitmotiv, ce sur quoi elle capitalise.

Je comprends, pour autant, je trouve cette manière de faire particulièrement hypocrite. On parle de real women? On parle de mannequins plus size? Mais où? Sérieusement, vous les voyez où sur la photo ces mannequins plus-size. Alors, oui, en comparaison avec des mannequins VS, elles sont plus-size.
Mais en comparaison avec la réalité, celle de la rue et des plages, elles sont tout aussi irréelles que les chères Anges de Victoria.

Mannequin plus-size parfaite

Leurs formes sont parfaites. Aucune trace de cellulite, une harmonie parfaite entre le buste et les hanches, une taille marquée, le ventre plat, des fesses rebondies, pile dans la tendance du moment. Ah et la poitrine généreuse. Que deviendrait-on sans la poitrine généreuse de la mannequin plus-size.

En vrai ce sont des mannequins Victoria’s Secret avec une circonférence un peu plus épaisse. Mais dans le fond, on surfe toujours sur un stéréotype de corps.

Et c’est donc sensé nous remonter le moral à quel moment en fait?

Imnoangel

Ils parlent de real women, alors pourquoi ne pas avoir choisi de représenter des filles taille 46 avec de la cellulite ou de garder celle des mannequins; ou encore des filles taille 44 arborant un petit 90B, j’en croise pour le coup souvent, ou encore des filles de petite taille avec de bonnes culotte de cheval ?
Des filles pour le coup qu’on croise plus facilement dans la rue.

Je n’aime pas ce salvateur stéréotype dernièrement mis en avant, de la fille plus-size censé nous sauvez de « la mauvaise aura du top model ultra skinny ». Je n’aime pas cette propension à toujours taxer de fake celles qui n’ont pas beaucoup de formes, parce que la mode actuelle serait d’en avoir.

Il serait peut-être bon d’inclure justement différentes formes et corps dans ce genre de campagnes qui se veulent être une réponse cinglante à une autre; même si je conçois qu’en tant que marque « plus-size », Lane Bryant a voulu renforcer son coeur de marque envers ses consommatrices cibles. Mais pour moi ça l’a terni. 

Alors oui, je décortique sacrément le sujet, mais c’est parce que de mon côté j’en ai assez de cette guéguerre minces vs rondes

Le discours serait mieux passé de mon côté si Lane Bryant avait choisi de se démarquer avec un meilleur slogan et une meilleure attitude.

 

#IMHealthy

I’m healthy, c’est beaucoup plus percutant et légitime je trouve; peut importe le poids qu’on fait.

Car si au départ ce type de campagne « backlash » a pour but de valoriser certains corps, par une mauvaise manipulation de certains termes,  elle jette comme la première, l’opprobre sur d’autres. Et c’est bien malheureux.

On peut promouvoir un type de corps sans avoir à rabaisser en retour un autre.

Des phrases telles que « ces mannequins ne sont pas réelles » ou « une vraie femme ça a des formes » sont tout aussi dangereuses.

Si je comprends la réponse qui a été faite avec ce #IMNoAngel, je ne la cautionne pas pour autant.
#IMAnAngelToo de la part d’une marque de cette envergure aurait été plus flatteur pour tout le monde et fait preuve d’un peu plus d’inclusivité. 

 

Corps « vrai » et parfait

J’ai compris avec le temps, qu’adopter un mode de vie sain était LA clé pour obtenir un corps « vrai ». Son corps « parfait ». Certaines auront des formes, d’autres seront ultra-fines, d’autres hyper musclées. Qu’importe.

Se détacher du « it body » véhiculé par les médias est également la clé pour une meilleure estime de soi. Ce type de matraquage médiatique engendre bien souvent des sensations de mal-être.
Combien seront déçues de voir qu’en se tuant avec tous ces squats elles auront certes des fesses fermes, mais pas celles de Kim Kardashian ou de Jen Selter. Chose qui est aussi une affaire de génétique et de bon chirurgien; au bout d’un moment il serait bien aussi d’être real et d’arrêter de faire semblant que tout vient de Dame Nature.

On a toutes voulues à un moment donné « le corps de »; car c’était le corps à la mode. Parce qu’on en a été gavée en continu par les médias de masse. 

Heureusement, d’autres campagnes voient le jour à travers le monde pour promouvoir plus de diversité et surtout une meilleur acceptation de soi pour contrer ce jeu dangereux. On peut citer en ce sens Healthy is the new skinny ou bien Sunday Morning View. Toutes deux font la promotion de styles de vie sain, et revendiquent le fait d’être soi à chaque création de contenu.

« Skinny », « normal », « plus size », peu importe dans le fond, ce qui est important c’est d’être bien mentalement et de traiter son corps avec respect et compréhension; de trouver de l’épanouissement dans l’activité physique et de se sentir mieux grâce à une alimentation plus simple et plus saine. Les anglo-saxons appellent cela la « raw food ». Le parfait opposé de tout ce qui est industriel, bourré d’additifs et tout préparé. 
Et de là, l’allure que le corps prendra, sera tout simplement la sienne et la plus belle.

#IMHealthy, et vous ?

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply