Carnet mode

Défilé Steffie Christiaens FW 2013-2014

La Fashion Week Parisienne a débuté hier.
J’ai eu la chance de pouvoir assister à plusieurs défilés, qui malheureusement m’ont pas mal laissée sur ma faim.
Des coupes mal travaillées, du noir et du blanc à profusion sur toutes les silhouettes, des tenues répétées à l’identique encore et encore, bref pas mal d’ennui pour cette première journée.
Évidemment il y a eu quelques jolies choses (les vestes structurées et à col enveloppant de Moon Young Hee ou encore les doudounes vues chez Julien David, le manteau jaune acide et celui en tweed chez Véronique Branquinho par exemple), mais pas de quoi casser trois pattes à canard dans l’ensemble.

A l’exception faite du défilé de Steffie Christiaens qui m’a subjugée. J’y étais et je trouve que les photos ne rendent pas toujours justice à ce défilé et aux pièces, tant tout était somptueux (même la chute d’un des mannequins hehe).

Steffie Christiaens est une styliste néerlandaise qui m’avait déjà charmé il y a 6 mois et qui a de nouveau récidivé.

Première et agréable constatation, son style s’est affirmé pour devenir plus pointu et plus mûr.
Pour autant elle n’a pas vendue son âme en changeant brutalement ce qui est l’essence même de son travail, non, elle l’a tout simplement transcendé. On retrouve donc des éléments phares de sa patte créative: les broderies, les plumes, les manches oversize structurées ou encore les multi-plis.

Pour cet hiver Steffie Christiaens a imaginé une femme fatale et moderne (un brin futuriste parfois). Enveloppée dans des matières protectrices telles que la laine dense, la maille, le cuir ou le satin de soie épais, elle garde une allure féminine et chic. Ce qui est difficile lorsque le climat devient âpre.
Les silhouettes sont structurées.

Sous les manteaux, les robes, jupes et pantalons sont marqués à la taille, offrent de magnifiques drapés qui prennent vie et ondulent à chaque pas.
Tout est dans le détail; du travail des broderies, en passant par le jeu des intensités de couleurs ou encore de matières. Les chaussures font cohabiter cuir et bois tandis que les gants invitent le métal. Chic en hiver, je vous l’avais dit.

Alors certes les silhouettes sont la plupart du temps monochromes (noir, gris anthracite: bref les couleurs déprimantes de l’hiver); elles n’en restent pas moins puissantes, relevées ça et là de bordeaux riches ou de caramels dorés.

C’est beau visuellement et portable au quotidien, aspect qui parfois semble dépasser certains stylistes.
Steffie Christiaens nous a livré une collection évoluant entre structure et élégance et on en ressort plus que satisfaite.

Pièces sublimatrices: les manteaux et la maroquinerie

source photos: lexpress.fr/styles

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply