Carnet de voyages

« Welcome on board », conseils et astuces pour préparer sa valise cabine

Pinterest

Et voilà, les vacances sont belles et bien là pour la plupart d’entre nous.
Avec les préparatifs du départ, revient inlassablement la même plainte: ne pas savoir quoi prendre.
En gros, c’est un peu la version hâlée de notre sempiternelle lamentation du quotidien: «j’sais pas quoi mettre».

Pour moi, la difficulté réside surtout dans la préparation du bagage en soute, parce que franchement, ils sont sérieux là avec leur 23kg?! C’est parfois une sacrée contrainte, qui, suivant le lieu où je pars et la durée, demande une sacrée organisation. Il faut prévoir suffisamment de vêtements, prévoir l’indispensable, mais aussi les fameuses tenues «au cas où» (au cas où grosse soirée, au cas où méga rencard…); des pièces qui me permettent d’être confort, tout en étant dans le style du pays visité. Être habillée comme si j’allais faire un trek, alors que je suis à Miami Beach, non merci.

Pour le bagage à main (55x35x25cm), la préparation est plus facile, plus fluide et mieux rodée. Ce n’est clairement pas le même son de cloche. Alors oui, j’aime ce moment-là ; la valise est sur le sol, c’est toujours les mêmes gestes, d’abord la jambe gauche, chaussette, chaussure, puis … Oups, je m’égare, mais cette façon d’avoir su instaurer un rituel de préparation me rappelle quelqu’un!

Mais, pour en revenir à nos moutons, si c’est aussi real’ easy money, c’est parce que des expériences voyages plus ou moins foireuses m’ont appris à me constituer un bagage réellement efficace. À ne pas le considérer uniquement comme une extension de tout ce que je ne pouvais pas mettre en soute.
Alors, séjour dans un pays chaud ou froid, de 3 jours ou de 20, le contenu restent sensiblement le même. Un contenu qui me permet d’avoir l’indispensable tandis que je suis en stress à 30000 pieds dans les airs.

Et pour vous donner des idées, et vous simplifier la tâche, voici le contenu de mon bagage :

 

– un oreiller pour le cou; c’est pas Byzance mais ça peut sensiblement améliorer votre confort si vous décidez de dormir un peu,
– un sweat à capuche ou une grosse écharpe; il fait souvent très froid et mettre les couvertures fournies à bord trop près de mon visage, non merci, sans façon,
des chaussettes; parce que je déteste garder mes chaussures. En plus, les chaussettes ont un léger effet de compression, ce qui évite que mes pieds ne gonflent. Et aussi, parce que ça me permet de lutter contre le froid (encore lui),
– des sous-vêtements; et une tenue de rechange (complète si je vais sous les tropiques, plus sommaire si c’est vers le nord) ; avec ça, j’ai au moins le minimum syndical pour tenir quelque temps, si d’ordinaire ma valise  décide subitement d’explorer le Canada, alors que nous étions censées nous retrouver à Bangkok,

– une trousse de voyage (1L maximum) aux normes, avec quelques flacons, où on trouve: une crème hydratante pour le visage, un spray hydratant, un baume à lèvres, un correcteur (pour gommer les fameuses cernes, parce que je suis trop flippée pour dormir), une crème pour les mains, un lait ou une huile hydratante pour les cheveux, une brosse à dent et du dentifrice,
un gel antibactérien; c’est moi où il y a toujours un truc qui manque dans les toilettes ? Si ce n’est pas le savon, ce sont les serviettes pour les mains… Vaut donc mieux être équipée,

des mouchoirs; pour les larmes (^^), les mains, toussa, toussa,
des boules Quiès; pour roupiller tranquille et éviter d’entendre les conversations rassurantes des gens (« imagine, on s’écrase haha !? », et sinon ça te dirait pas d’aller faire un tour dehors),
vos médicaments; prenez l’ordonnance on ne sait jamais. Dans mon cas, je n’emmène que ceux pour l’avion. Autre petit conseil qui peut rassurer surtout, c’est de prévenir une hôtesse que vous avez peur ; ça fait du bien d’en parler et d’avoir quelqu’un dont c’est le métier, qui veille sur vous dès que l’avion se met en mode shimmy shake. Sachez également que, dans la cabine, il y a souvent une trousse à pharmacie qui contient des comprimés contre le mal de tête ou de ventre,

– un casque, de la musique, des films; et la batterie de secours, histoire de faire durer le plaisir
de la lecture; livres magazines ou même, carnet de coloriage,
– un notebook et un stylo,

des fruits secs; on critique souvent la nourriture des hôpitaux, et bien celle des avions n’a rien à lui envier. C’est également souvent là que j’en profite pour devenir végétarienne,
– un thermos; vide lors de la montée à bord, vous le remplirez d’eau ou de thé pendant le vol, afin de conserver auprès de vous une quantité suffisante de liquides.

N’hésitez pas à vous lever et à marcher régulièrement lorsque le signal lumineux « attachez votre ceinture » n’est pas allumé. Ça permet d’activer la circulation sanguine, et donc d’éviter les jambes qui gonflent; mais aussi, être debout en action apaise un peu quand on a peur. Personnellement ça m’aide à dédramatiser quelque peu la situation.

Comme je vous le disais déjà, l’hydratation est très importante, l’air dans l’habitacle étant extrêmement sec. Je m’hydrate donc régulièrement, toutes les demi-heures au moins. Et pour la peau c’est pareil, j’hydrate avant le vol et à l’atterrissage, et même pendant s’il le faut.

Avec ça, je suis parée, et s’il reste de la place pour ce qui ne pouvait pas aller en soute, j’ai tout gagné.

Alors, à vos valises et bon séjour !

 

Préparer sa valise cabine (4)Préparer sa valise cabine (6)Préparer sa valise cabine (8)Préparer sa valise cabine (10)

Préparer sa valise cabine (12)Préparer sa valise cabine (9)Préparer sa valise cabine (7)Préparer sa valise cabine (5)

Préparer sa valise cabine (2)Préparer sa valise cabine (11)Préparer sa valise cabine (3)Préparer sa valise cabine (1)

Source photo principale: Pinterest

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    prettylittletruth
    18 juillet 2016 at 10:20

    Bien d’accord avec toi, il fait toujours super froid dans les avion donc j’emporte toujours une echarpe plaid pour me couvrir! Et les boules Quies sont indispensables 🙂

  • Leave a Reply