Carnet mode

CFDA Awards: Rihanna Fashion Icon de l’année. Méritait-elle son prix?

Anna-Wintour-and-Rihanna-CFDA-8

Il y a sur cette Terre des certitudes inébranlables.

Le vert est ma couleur préférée, la chanson « Closer » chantée par les membres de Glee me met instantanément de bonne humeur, et surtout depuis « Pon de Replay » en 2005, Rihanna, j’ai du mal.

Mais au-delà de ses chansons, il y a une chose que je dois avouer, c’est que vestimentairement parlant, c’est l’une des rares personnes à savoir autant me fasciner et me désoler.

Alors son controversé CFDA award de Fashion Icon de l’année, remis par Anna Wintour, était-il mérité ?

La réponse est oui ! Cent fois OUI.

S’il est évident que très souvent (trop souvent!) cette fille respire la vulgarité et la perversion à l’état brut, lorsque Rihanna fait preuve d’un minimum de respect pour son propre corps en choisissant de le couvrir ou de ne pas poser en mode « pou-pouffe », elle assure !

La chanteuse barbadienne peut tout aussi bien passer d’un style hollywoodien intemporel, on se souviendra de sa tenue très Michelle Pfeiffer lors des Grammy Awards en 2012, qu’à un style grunge, clin d’œil aux années 90.

Qu’on l’apprécie ou non, son aura fashion force le respect.

Quoi qu’il arrive, elle vit la mode à fond, même si elle prend des risques parfois inutiles, comme lors de la remise de son prix, avec cette robe signée Adam Selman, dévoilant tout bonnement TOUT. C’est une victime de la mode, au sens propre du terme. Elle se sacrifie au nom de la mode.

Chez Rihanna, son style, c’est vraiment elle ; parfois touchant, parfois beau, d’autres fois trash.

Ici par exemple, elle mélange avec brio petite jupe patineuse et chemise en jean, porte les baggys avec une assurance déconcertante et fait des chapeaux, casquettes et autres couvre-chef les derniers accessoires de luxe à la mode.

Elle maitrise parfaitement l’art du mix en match en associant short en jean effiloché et blazer ultra-structuré.

Mais elle est également experte du « denim tuxedo ».

Quand d’autres auraient l’air ridicule avec un nœud oversize dans les cheveux, Rihanna grâce à celui-ci apporte une petite dose rock parfaitement distillée à sa tenue nude.

Et sur les tapis rouge elle ne manque pas d’attirer les regards, les applaudissements ou bien la critique. Elle ne laisse pas indifférent. L’icône, on la remarque et on ne l’oublie pas. Bon nombre de ses looks resteront dans les annales et sont encore bien présents dans les esprits de bon nombre.

Être une icône de la mode ce n’est pas pour les fillettes. Il faut savoir prendre des risques, être anticonformiste et lancer ses propres tendances. Sinon on est juste une fille qui s’habille bien. Nul ne peut douter du pouvoir de Rihanna dans ce domaine-là. On aura toutes succombé à la tendance teddy, au tutu de ballerine porté en pleine jungle urbaine ou encore au combo jupe taille haute et crop top.

La Riri en bonne représentante des années 90 s’étaient bien avant d’autres accaparé de nouveau ces tendances, depuis vues et revues.

Alors oui, on peut lui reprocher sa vulgarité, son coté sulfureux et sexy ultra exacerbé, mis en avant uniquement pour créer le buzz et une émulation autour de sa personne, mais Rihanna mérite amplement son prix de Fashion Icon.

Elle affiche une individualité rare, une capacité à toucher et/ou à créer la stupeur ou encore le dédain chez son audience ; et surtout une capacité rare à se renouveler. Elle propose toujours quelque chose de nouveau, auquel on ne s’attendait pas, même quand c’est trash.

Elle ne cherche l’approbation de personne. D’ailleurs l’icône ne cherche pas à tout prix à ce qu’on lui ressemble ; et en retour, peu veulent réellement lui ressembler. L’icône, pour être icône doit bouleverser des conventions.

Elle n’obéit à aucune règle, et ne se fixe aucune limite.

A l’époque, certains stylistes, aujourd’hui Fashion Icons ont bousculé les règles établies s’attirant les foudres et la gronde du public de l’époque. C’est le cas d’Yves Saint Laurent qui a habillé ses mannequins avec des tailleurs ou encore de Christian Dior avec son « New Look » avant-gardiste.

Mériter un titre de « Fashion Icon » c’est être un peu casse-cou sur les bords ; ne pas être lisse et prendre des risques.

Et si ça ce n’est pas Rihanna, je ne vois pas qui d’autre cela pourrait être en 2014.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply