Bahamas Carnet de voyages

Bahamas, plonger parmi les requins

À l’heure où je vous écris ces lignes, je peux sans nul doute affirmer que le requin est de loin mon animal préféré.

C’est pour lui que j’ai tiré un trait sur les produits de maquillage non certifiés vegan et les produits de soin contenant du squalène, pouvant potentiellement être animal.
C’est pour sa conservation et sa défense, que je soutiens l’action de Sea Shepherd.
C’est ma fascination pour les squales et le monde sous-marin en général, qui m’a poussé à passer mon PADI.
Et enfin, c’est pour les rencontrer, les voir de plus près que j’ai choisi d’aller à Bimini.

** à lire aussi « Du requin dans mon rouge à lèvres? » **

Les îles des Bahamas, où les requins sont totalement protégés, sont l’un des meilleurs endroits au monde pour les approcher. À noter cependant que l’approche est un peu moins naturelle qu’en Polynésie par exemple, car des appâts sont fréquemment utilisés pour les attirer.

Si je ne suis pas forcément friande des rencontres animales orchestrées de la sorte, lorsque cela est fait avec humilité, respect et que cela est bénéfique à l’action de conservation, cela change la donne.

C’est du coup pour cette raison que j’ai choisi de plonger avec le centre de plongée Neal Watson. C’est une véritable institution sur Bimini. C’est un centre établi depuis de nombreuses années et qui possède un haut niveau de professionnalisme. Ajoutez à cela un fort engagement écologique et vous obtenez le centre quasi parfait.

Lors de mon séjour, j’ai pu plonger avec des requins de récifs mais également des requins-marteaux. Cette dernière étant LA plongée à faire quand on va à Bimini et encore plus quand on plonge avec le centre Neal Watson.


** à lire aussi « Pourquoi j’ai décidé de ne plus prendre part aux attractions animalières? » **


Plonger avec des requins gris de récifs

Les requins de récifs sont des requins «plutôt petits» (1m80 max), qui évoluent généralement en groupe. Ils chassent principalement la nuit, et de ce fait en journée ils ont un comportement relativement passif. Bien évidemment, s’ils se sentent menacés ou apeurés, il est possible qu’ils attaquent pour se défendre; c’est un principe valable pour la plupart des requins, voire des animaux.

D’un point de vue technique, la plongée s’effectue principalement en flottabilité négative. On peut choisir de rester posés sur le fond sablonneux ou bien de nager parmi le squad de squales. Pour ma part, j’ai choisi la première option. C’est une des manières les plus efficaces pour les voir de près.

En effet, lorsqu’ils sont en confiance, les requins de récifs n’hésitent pas à s’approcher de près, de très près, intrigués par nous autres plongeurs et les décharges électriques que nous générons.


** à lire aussi « requins: à la rencontre des seigneurs des mers » **

L’une des techniques pour éloigner les plus entreprenant est de les fixer à mesure qu’ils nagent et de se grossir; généralement le requin s’éloigne.
C’est une plongée agréable et apaisante. Avoir plus d’une dizaine de requins tournant autour de soi est véritablement magique et un privilège, les requins étant plutôt timides et furtifs.

Plonger avec des requins-marteaux

THE plongée. Celle qui a sa place dans toute bucket list de plongeur, au même titre que la plongée avec des requins-tigres ou des requins-baleines.
D’un point de vue purement technique, c’est une plongée peu complexe. On la passe entièrement en flottabilité négative, accroupis sur les genoux, à environ 7 mètres sous la surface.

Pour une meilleure assise, et éviter de se balancer au rythme du courant, on utilise une ceinture de plombs ainsi que des plombs libres qu’on insère dans les poches de son gilet stabilisateur. La différence avec des plongées traditionnelles est que le lest, par rapport à d’habitude, est largement multiplié par deux.
Niveau équipement, on utilise également un bâton, qui, mis devant soit sert à créer un ultime rempart entre les requins-marteaux et soi.
En raison de la forme particulière de leur tête, les requins-marteaux possèdent un point mort entre leurs deux yeux, et ont donc parfois tendance à se cogner à cet endroit-là.
Tous les plongeurs de la palanquée se tiennent en ligne; un plongeur de sécurité (certifié dive master) se tient derrière nous, tandis que devant, un autre nourrit les squales à l’aide d’appât.


Me retrouver dans ce tableau a été la plus belle sensation de mon séjour! Un mélange d’appréhension, d’excitation et de respect.

Les requins-marteaux, majestueux, régalent. Ils régalent quand ils passent au-dessus de nous, ou encore que leur queue nous frôle le visage à mesure qu’ils se meuvent dans cet impressionnant ballet sous-marin.

Un ballet sous-marin du plus beau des bleus, où rémoras, requins nourrices et requin bouledogue sont aussi de la partie. Incroyable tout simplement.

On me dit souvent que je suis folle d’aimer un tel animal. Que les requins sont vicieux et de véritables machines à tuer. D’un côté je peux comprendre cette crainte qu’ont la plupart des gens. Depuis des années, les médias entretiennent allègrement ce mythe.
Oui, le requin est un super-prédateur, un animal sauvage pouvant attaquer et tuer.

Mais pour moi, il ne se résume pas qu’à ça.
C’est un animal d’une beauté exceptionnelle et possédant une incroyable aura. Sa façon de nager, les différentes formes des différentes espèces, tout, absolument tout me fascine chez le requin.

Au final quand on s’y intéresse, on se rend compte que c’est un animal beaucoup plus complexe que ce qu’on veut nous faire croire.
Et quand on a le privilège de pouvoir côtoyer sous l’eau des squales, on se rend très vite compte qu’ils ne méritent pas leur hargneuse réputation.

À titre de comparaison je doute que des lions ou des tigres, non drogués, qui plus est en présence de nourriture, laisseraient des humains les approcher de près (voire même de loin).
Les requins sont de véritables seigneurs des mers, dont la santé des océans dépend, et par effet domino, dont nous dépendons.
Et selon moi, en parler aide leur cause et permet de démystifier le mythe du requin tueur d’Hommes.

Xx

P.S: Si le sujet vous intéresse, je vous invite à jeter un œil sur les sites suivants:
Sea Shepherd: association et organisation internationale de protection des océans
Madison Stewart: documentariste et activiste australienne
Greg Lecoeur: photographe underwater

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply
    SONIA CERVEIRA
    20 septembre 2018 at 14:06

    Bonjour Aurélia,

    Je te remercie pour ce super article. Je recherchais désespéramment des infos sur la plongée avec les requins marteaux à Bimini. Cela donne vraiment envie. Peux-tu me renseigner sur le package choisi stp ? Est-ce qu’il s’agissait du Hammerhead Safari ? Car je trouve malgré tout le tarif très cher 🙁

    Merci par avance 🙂

    • Reply
      Les Carnets d'Aurélia
      23 septembre 2018 at 15:24

      Hello Sonia,

      Pas de soucis!
      Oui c’est bien celui-ci. C’est sûr qu’il est assez cher, mais tu plonges deux fois, pendant une trentaine, quarantaine de minutes; aussi, je trouve qu’ils sont hyper pros, axé sécurité dans ce centre ce qui est quand même un énorme plus si tu plonges avec des requins pour la première fois (ou pas d’ailleurs) 🙂
      Si tu as d’autres questions n’hésites pas!

  • Reply
    Cerisier emma
    3 octobre 2018 at 19:43

    salut, j’ai adoré ton article et je comprend tout à fait cette passion pour les requins puisque je la partage aussi. j’aurais une petite question plus sur le voyage. comment t’es tu rendu en bimini ?
    Merci beaucoup de ta reponse

    • Reply
      Les Carnets d'Aurélia
      7 octobre 2018 at 14:54

      Hello!
      Ravie de lire ça! Les requins sont splendides!
      J’y suis allée depuis Fort Lauderdale avec la compagnie Silver Airways. Plus d’infos ici.
      à bientôt!

    Leave a Reply